Le Québec ne peut dissocier productivité des entreprises et pénurie de main d’œuvre

27 février 2020

Le Québec est actuellement touché de plein fouet par une pénurie de main d’œuvre. Ce problème, grave en soi, met aussi en évidence les carences des entreprises québécoises en matière de productivité.

Philippe Couillard, ancien premier ministre du Québec, qualifiait déjà en 2018 cette pénurie de « sujet de l’heure pour les responsables des ressources humaines et [d’]enjeu clé du scrutin ». C’est peu dire. leur niveau de productivité dépend excessivement de la main d’œuvre, de sorte que leur compétitivité est à la merci des fluctuations du marché de l’emploi.

Au début de ce mois de février, le PDG d’Investissement Québec (IQ), Guy Leblanc, ainsi que le ministre québécois du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité (MTESS), Jean Boulet, ont partagé leurs inquiétudes face aux bas niveaux de productivité recensés.

De fait, en 2017 la productivité du travail au Québec, calculée en termes de quantité de PIB produit dans une heure travaillée, s’élevait à 60,15$; un chiffre en deçà de la moyenne canadienne (66,96$) et bien moindre que celle d’autres pays industrialisés comme les États-Unis (82,03$) et l’Allemagne (87,38$), selon le rapport annuel Productivité et prospérité au Québec (Bilan 2018), publié par HEC Montréal.

Plus alarmant encore est le constat selon lequel la productivité québécoise progresse très lentement : elle n’a augmenté que de 0,9 % entre 1981 et 2017 comparativement à 1,5 % pour nos voisins américains et 1,7 % en Allemagne.

En cause : le bas taux d’automatisation au Québec. Il ne s’agit évidemment pas du facteur unique causant ces piètres résultats, mais il s’agit néanmoins d’un facteur important.

Ce point de vue semble partagé par M. Leblanc et le ministre Boulet qui ont invité les entreprises de la province à automatiser certains de leurs processus pour demeurer compétitives sur les marchés nationaux et internationaux.

Le travail en est avant tout un de conscientisation. « Ce qui m’a fasciné, c’est que 60 % des employeurs considèrent qu’ils sont à la fine pointe de la technologie alors que le taux d’automatisation dans le domaine manufacturier au Québec n’est que de 25 %. Il est de 55 % aux États-Unis, de 75 % en Allemagne. », expliquait le ministre en entrevue à Radio-Canada, citant l’étude Le manufacturier avancé : enquête sur l’automatisation du secteur manufacturier au Québec publiée en 2017 par l’Alliance canadienne pour les technologies avancées.

Effectivement, faute de statistique à l’échelle provinciale, en 2015 le Canada comptait 136 robots par 10 000 employés; un niveau proche de celui américain (176), mais moins de moitié celui de l’Allemagne (301).

Pourquoi la productivité est-elle si importante? Parce qu’une entreprise très productive est compétitive, affiche une meilleure santé financière et augmente ses chances de survie en temps de pénurie de main d’œuvre et de ralentissement économique sur un marché dont les règles de la compétitivité sont en train d’être redéfinies par l’automatisation.

En supprimant les contraintes de croissance traditionnelles et en les remplaçant par des capacités d’économies d’échelle et d’expansion sans précédent, l’automatisation permet l’émergence d’entreprises numériques, c’est-à-dire d’entreprises traditionnelles qui excellent dans la mise en relation des différentes fonctions de l’entreprise, dans l’agrégation des données et dans l’extraction de leur valeur par l’analyse grâce à l’intelligence artificielle.

Le potentiel transformatif de l’automatisation pour la productivité – et conséquemment la compétitivité – réside dans

Par Renato Cudicio

Président de TechNuCom | Technomanager en Web, Robotique & Marketing-Communication linkedin.com/in/renatocudicio/


Catégories


Technucom

CONTACTEZ-NOUS
requete [@] technucom​.com
+1 514 297 4900

TechNuCom inc.
4388 Rue Saint-Denis, Suite 200#238
Montréal QC H2J 2L1
Canada

© TechNuCom inc. 2021