Définition: Automatisation des Processus par la Robotique (RPA)

27 mai 2019

Comme toute technologie émergeante, la RPA souffre d’une description qui varie d’un fabricant à l’autre, d’un journaliste à l’autre, d’un analyste à l’autre. Il y a notamment confusion entre RPA, IA et machine learning.

Trouver une bonne définition est encore plus complexe en français, les traductions confondant « processus robotisés » et « automatisation par la robotique ».

Alors de quoi parle-t-on, concrètement? Pour bien comprendre ce qu’est la RPA, l’on doit se référer aux trois termes qui composent son acronyme : « Robotic Process Automation ».

Robotique

Vérification faite, le système dont on parle appartient bel et bien à la catégorie des robots.

Pour le Larousse, il s’agit en effet d’un « Appareil automatique capable de manipuler des objets ou d’exécuter des opérations selon un programme fixe, modifiable ou adaptable ».

Wikipedia décrit un robot comme « un dispositif mécatronique (alliant mécanique, électronique et informatique) conçu pour accomplir automatiquement des tâches imitant ou reproduisant, dans un domaine précis, des actions humaines ».

En anglais, les définitions concordent : Oxford Dictionnaries décrit un robot comme « Une machine capable d’exécuter automatiquement une série complexe d’actions, notamment une série d’actions programmables par ordinateur » (« A machine capable of carrying out a complex series of actions automatically, especially one programmable by a computer ») et pour Merrian-Webster, « un dispositif qui accomplit automatiquement des tâches complexes, souvent répétitives » (« a device that automatically performs complicated, often repetitive tasks » – mes traductions)

Pour mémoire, une entreprise utilisera un robot de type RPA pour effectuer des tâches répétitives que des humains mènent à bien à l’aide d’un ordinateur. Souvent complexes, ces tâches vont de la saisie de données dans des systèmes comptables à la gestion de feuilles de temps et au classement de courrier en passant par la création d’usagers pour le support technique et l’ouverture de dossiers de service à la clientèle.

Une fois modélisées, ces tâches sont exécutées de manière autonome par un dispositif qui réside à l’intérieur d’un système informatique, qui peut être un ordinateur personnel, un serveur local ou un environnement cloud.

Nous avons bel et bien affaire à un robot !

Processus

Sans nul doute, l’organisme international ISO nous propose la définition la plus simple et la plus claire d’un processus comme « un ensemble d’activités corrélées ou en interaction qui utilise des éléments d’entrée pour produire un résultat escompté (…) ».

L’analyse en entreprise des processus opérationnels dans le cadre de la gestion de la qualité est vraisemblablement l’activité qui nous rapproche le plus de ce qui se fait dans le cadre d’un projet de RPA, car l’on doit également décomposer chaque tâche jusqu’au niveau unitaire afin de la programmer dans le robot.

La particularité du processus confié à un robot est que ce dernier peut, dans sa forme hybride, comprendre une répartition des tâches, entre l’humain et le robot, en fonction du niveau de compétence et de performance de chacun.

L’on doit donc voir la RPA non pas comme un « simple » clonage de processus entiers réalisés par des humains, mais bien comme une prise en charge complète ou partielle de ces processus par le robot en fonction d’une logique de rentabilité.

Automatisation

Rendons à César ce qui appartient à César : la meilleure définition est celle que nous donne l’Encyclopédie Larousse de l’automatisation (« Appareil automatique capable de manipuler des objets ou d’exécuter des opérations selon un programme fixe, modifiable ou adaptable »), car elle englobe la notion d’optimisation dans une logique de productivité.

Le succès de l’automatisation, dans le cadre d’un projet de RPA, dépend en effet de la capacité des promoteurs à prendre leurs distances par rapport au processus existant, quitte à le remettre en question et, éventuellement, à le redessiner avant de l’automatiser.

L’automatisation aura ainsi sur la productivité un double effet de levier, puisque l’on maximise l’efficience du processus visé avant de le modéliser.

La définition

Afin de faire avancer la cause, nous proposons donc la définition suivante:

« L’Automatisation des Processus par la Robotique (APR) – plus connue sous son acronyme anglais RPA, pour Robotics Process Automation – est une technologie qui utilise des robots logiciels capables d’effectuer, à très grande vitesse et sans erreur, la majorité des tâches répétitives que des humains réalisent à l’ordinateur. »

Il ne nous reste plus qu’à souhaiter que l’Office québécois de la langue française s’en inspire !

RPA au travail

En Europe et aux États-Unis, des RPA sont aujourd’hui à l’œuvre dans toutes les industries. Leur taux de pénétration est particulièrement important dans les services financiers. Au Canada, toutes les grandes banques et compagnies d’assurance ont depuis peu intégré des robots de ce type, que ce soit sous forme de projet pilote ou dans leur environnement de production.

Peu coûteux et faciles à implanter, ces robots sont en général rentables 6 à 9 mois après leur implantation, et l’on comprend dès lors que cette technologie connaisse présentement la plus forte croissance.

Leader mondial

Le leader mondial en RPA est UiPath, une entreprise américaine d’origine roumaine. La force de cette technologie tient notamment à ses performances étonnantes, à sa parfaite intégration avec l’environnement Microsoft et à son haut niveau de sécurité, sans compter une communauté mondiale de plus de 200 000 développeurs qui travaillent avec son architecture ouverte.

Partenaire canadien

TechNuCom, partenaire officiel de UiPath au Canada, accompagne les entreprises dans l’implantation et la programmation des robots. Afin de mettre ces technologies à fort potentiel à la portée de PME comme les courtiers d’assurance, nous préconisons le modèle d’affaires Robot as a Service, en vertu duquel l’entreprise loue à TechNuCom des robots clés en main, ce qui permet d’éviter les investissements dans les infrastructures et dans une équipe de roboticiens.


Par Renato Cudicio

Président de TechNuCom | Technomanager en Web, Robotique & Marketing-Communication linkedin.com/in/renatocudicio/


Catégories

Mots-clés